Bac Français – Lectures conseillées 2/3

Nous continuons notre série sur les lectures conseillées. Hier, nous vous avons conseillé quelques lectures du XVIIème siècle pour préparer l’épreuve anticipée du baccalauréat de français. Aujourd’hui, retrouvez notre bibliographie du XVIIIème siècle.

Bibliographie XVIIIème siècle

Le XVIIIème siècle que l’on appelle communément Le siècle des Lumières est principalement orienté vers la réflexion philosophique, la remise en cause des superstitions ou des préjugés traditionnels. Cette bibliographie répertorie les principales oeuvres philosophiques (Discours, romans, contes), théâtrales (tragédies, comédies et drames). Consultez régulièrement votre bibliographie pour vous approprier les thèmes et les termes clefs dont il faudra connaître la définition (de la tolérance au libertinage en passant par la philosophie et la raison). Cette outil précieux ne demande qu’à être régulièrement complété et annoté. Vous pourrez sur le mode ludique vérifier vos capacités à résumer une oeuvre en réalisant des questionnaires d’entraînement sur les auteurs et les oeuvres les plus connus.

Le XVIIIème siècle – Le siècle des Lumières

Bibliographie XWIIIe siècle - Bac de français

Les oeuvres philosophiques

Montesquieu (Charles-Louis de Secondat), Le Traité sur la tolérance (1763), Le Dictionnaire philosophique (1764)

Jean-Jacques Rousseau, L’Emile (1762), Les Confessions (édition posthume 1782-1789), Rêveries du Promeneur solitaire (édition posthume 1782). [Un idéal égalitaire]

Denis Diderot, L’Encyclopédie (1750-1784) [L’Encyclopédie dictionnaire général des connaissances humaines contenant la somme des idées nouvelles du XVIII siècle. Diderot réunit autour de lui les principaux philosophes (Montesquieu, Voltaire, Rousseau, d’Alembert) dans l’objectif de combattre l’intolérance et les superstitions. Tous les préjugés et les vérités admises dans les domaines politiques et religieux sont battues en brèche].

Le théâtre

La comédie

Marivaux (Pierre Carlet de Chamblin de), La Double inconstance (1723), Le Jeu de l’amour et du hasard (1730), Les Fausses confidences (1737) [Peinture subtile de l’amour]

Beaumarchais (Pierre-Augustin Caron de ), Le Barbier de Séville (1775), Le Mariage de Figaro ou la Folle Journée (1784)[théâtre offensif]

Le drame bourgeois

Denis Diderot, Le Fils naturel (1757), Le Père de famille (1758) [Théoricien du drame]

Le roman

Le roman sentimental

L’abbé Prévost, L’histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut (1731) [Fatalité et ravages de la passion. Tableau réaliste des milieux corrompus sous la Régence]

Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761) [ Roman épistolaire. Passion vertueuse entre Saint-Preux et Julie d’Etanges mariée à M. De Wolmar par la volonté de son père. Pureté de la campagne. Conflit de la passion et de la vertu. Influencera tout le mouvement romantique].

Le roman exotique

Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie (1788) [ Roman rousseauiste. Paul et Virginie s’aiment depuis l’enfance. Virginie meurt dans une tempête au retour d’un voyage pour l’Europe. Paul ne lui survivra pas. Thème du bonheur à l’abri des dangers de la civilisation. Peinture pittoresque d’un décor exotique].

Le roman libertin

Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses (1782) [ Recueil épistolaire. Lettres échangées entre deux libertins le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil qui jouent avec le coeur de leurs victimes. Tableau d’un monde perverti. Analyse psychologique. Variété des styles].

Le roman philosophique

Montesquieu (Charles-Louis de Secondat), Les Lettres persanes, (1721) [ Roman épistolaire. Deux persans pleins de finesse (Rica et Usbeck) visitent l’Europe. Ils se fixent à Paris et envoient leurs impressions à leurs compatriotes qui à leur tour leur donnent des nouvelles de Perse où se nouent des drames. Satire virulente des institutions, du roi et du pape. Peinture de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence].

Denis Diderot, Jacques le Fataliste et son maître (1778) [ Roman dialogué : Jacques le valet débraillé et bavard a l’intention de raconter au cours d’un voyage à cheval, ses aventures amoureuses à son maître. La réflexion philosophique prend le dessus sur le dialogue : l’homme est-il libre? Sa destinée est-elle écrite depuis toujours « sur le grand rouleau » ? Roman picaresque où prolifèrent les personnages et/ou les récits secondaires. Les mots clefs: anti-roman – illusion romanesque – interventions de l’auteur – interpellations au lecteur].

Le conte philosophique

Voltaire (François-Marie Arouet), Zadig (1748) [Zadig en proie aux caprices de la destinée. La croyance en la bonté de la Providence est battue en brèche].

Voltaire, Candide (1759) [ Le jeune Candide est élevé dans le château du baron de Thunder-ten-Tronck. Il écoute les leçons de son maître Pangloss, disciple de Leibniz qui professe que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Il sera chassé du château pour avoir voulu embrasser la jeune Cunégonde fille du baron. Il part découvrir le monde, désarmé et plein de candeur. Une série de malheurs réduiront à néant ses illusions. Il finit par se retirer avec Cunégonde et ses amis pour « cultiver son jardin ». C’est cette formule qui clôture le conte. L’optimisme est battu en brèche. Superbe leçon d’espoir (l’art de vivre, les bienfaits du travail). Malgré les malheurs, il faut savoir goûter les satisfactions modestes mais réelles de la vie].

 

Nous vous donnons rendez-vous demain pour notre troisième et dernier article de notre série sur les lectures conseillées pour préparer le bac de français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *