A propos du commentaire composé ou commentaire de texte

Un commentaire composé ou commentaire de texte est une étude argumentée qui montre que vous avez bien lu un texte, que vous le comprenez et que vous avez été sensible aux intentions de l’auteur, aux techniques qu’il utilise et aux effets que le texte produit. C’est une notion que nous voyons pendant nos stages intensifs de français, mais faisons une première approche.

Il faut montrer la richesse du texte en organisant son commentaire autour de quelques centres d’intérêts (ou axes de lecture). L’étude doit donc être logique et structurée. Le commentaire s’appuie sur des citations d’extraits du texte, pour prouver le bien-fondé de votre analyse.

La rédaction du commentaire composé commence seulement après :

  1. avoir procédé à une lecture attentive du texte ;
  2. avoir analysé le texte au brouillon ;
  3. avoir décidé d’un plan.

 

L’introduction

L’introduction se déroule en 4 temps : 1. la mise en contexte, 2. la présentation du texte, 3. la problématique et 4. le plan.

Elle ne doit pas être trop longue, une dizaine de lignes environ.

 

La mise en contexte

La mise en contexte sert d’amorce à l’introduction. Il s’agit de replacer l’œuvre à étudier dans un contexte ou un domaine qui se rattache au texte. Le choix du contexte ou du domaine se fait, une fois que l’on a effectué l’analyse globale du texte.

Ces domaines ou contextes peuvent être, selon vos connaissances :

  1. La vie de l’auteur : quand le texte est autobiographique ou quand il est écrit à une période importante de la vie de l’auteur ;
  2. Les idées de l’auteur : quand le texte est une prise de position ou qu’il développe un thème cher à cet auteur que l’on retrouve fréquemment dans son œuvre ;
  3. L’œuvre de l’auteur : quand il est nécessaire de resituer l’extrait dans l’intrigue d’un roman, d’une pièce de théâtre ou encore dans un recueil de poèmes ;
  4. Le courant littéraire : si le texte est caractéristique d’une période littéraire spécifique ;
  5. Le thème : si celui-ci est constant dans la littérature ;
  6. L’époque : si le sujet abordé est révélateur de l’époque à laquelle le texte a été écrit.

Stage intensif français paris

La présentation du texte

Il faut donner brièvement :

  1. Le nom de l’auteur (prénom et nom en toutes lettres) ;
  2. Le titre de l’œuvre d’où l’extrait à étudier est tiré et sa situation dans l’œuvre ;
  3. Le genre littéraire (extrait de roman, de théâtre, poésie, etc.) et son type (argumentatif, narratif, descriptif …) ;
  4. Le mouvement littéraire auquel l’extrait appartient ;
  5. Le registre littéraire ou sa tonalité (comique, tragique, lyrique, pathétique, ironique, épique …) ;
  6. Le ou les thèmes abordés et leurs intérêts (historique, philosophique, sociologique …) ;
  7. La ou les particularités du texte ;
  8. Qu’éveille le texte chez le lecteur (émotion, intérêt, passion, réflexion, interrogation …)

Certains de ces éléments para-textuels (autour du texte) sont déjà signalés, en totalité ou en partie, dans le sujet à traiter ou dans un éventuel résumé qui situe l’extrait.

 

La problématique

La problématique se formule sous la forme d’une question centrale, qui peut-être assortie de questions secondaires. Par exemple, quel est l’enjeu du texte ? Quel intérêt y-a-t-il à étudier ce texte en particulier ? Il est adroit de faire correspondre ces questions aux différentes parties de votre plan, en suivant l’ordre du devoir. Il faut voir la problématique comme le fil directeur de votre devoir.

Dans l’introduction on ne formule que la problématique. La réponse sera développée progressivement dans le corps du devoir, au fur et à mesure de l’analyse proposée.

 

Le plan

Le plan est ordonné de préférence en trois parties qui tiennent compte des différents axes de lecture : la nature du texte ; le but du texte et les moyens utilisés par l’auteur ; et la portée du texte.

Le plan ne doit jamais :

  1. être linéaire, autrement dit se calquer strictement sur l’ordre du texte ;
  2. séparer le fond de la forme, qui sont deux aspects d’une même réalité ;
  3. Paraphraser le texte.

Pour ne rien oublier dans l’introduction, utiliser la méthode du Si (le) TIGRE TIRE PA(sse) :

SItuation

TYpe

Genre

REgistre

Thème

Intérêt

sonance

Problématique ou Parcours de lecture

Annonce des Axes

 

Le développement

Il s’agira de développer les différentes parties de votre plan. Ces parties correspondent aux axes d’étude (ou centres d’intérêt) identifiés. Pour rappel, ils correspondent à la nature du texte, au but du texte, aux moyens utilisés et à la portée du texte. Les axes d’étude sont parfois suggérés par le libellé du sujet. Ils doivent être présentés du plus évident au plus subtil : la première partie étudie les choses évidentes à remarquer dans le texte ; la deuxième s’attache à entrer un peu plus dans le détail de l’analyse et la troisième partie cherche à découvrir les subtilités du texte. On va donc du plus simple au plus compliqué.

Le contenu du commentaire porte sur le sens du texte et les techniques employées par l’auteur pour créer ce sens. Il étudie donc ce que dit le texte, le message qu’il porte, les thèmes qu’il aborde, les ressentis qu’il engendre chez le lecteur … mais aussi comment ce texte est fabriqué, quelles sont les comparaisons et métaphores utilisées, les champs lexicaux, les personnifications, les effets de rythme et de sonorités, le choix des temps, etc.

Dans tous les cas de figures, il conviendra de se poser les questions suivantes de façons systématique :

  1. Quoi ? (thème et nature du texte)
  2. Comment ? (procédés et buts)
  3. Pourquoi ? (intentions).

 

L’étude des procédés est fondamentale. Elle réunit :

  1. L’étude lexicale (champs lexicaux, niveau de langue) ;
  2. L’étude rhétorique (figures de style, registres, etc.) ;
  3. L’étude grammaticale (syntaxe, temps, ponctuation, etc.) ;
  4. La musicalité en poésie (versification, rythme, sonorités)

Quels sont les pièges à éviter ?

Deux pièges majeurs sont à éviter : la paraphrase et la liste.

Il ne faut pas se contenter de paraphraser le texte, c’est-à-dire qu’il ne faut pas parler du texte juste pour l’expliquer et redire ce qu’il dit déjà, même avec vos mots à vous, de façon reformulée. Cela ne serait pas un commentaire, juste une explication de niveau collège.

Il ne faut pas non plus seulement dresser une liste de remarques techniques (les figures de style) sans les exploiter. On ne doit pas non plus séparer les deux : le sens d’un côté et les procédés stylistiques de l’autre. Le commentaire doit analyser les procédés stylistiques en même temps que le sens du texte et le ressenti du lecteur ; il doit combiner les deux : l’effet créé chez le lecteur et comment l’auteur s’y est pris pour le créer.

 

La rédaction du commentaire doit être logique, argumentée et suivre une démonstration articulée. Chaque partie doit être reliée logiquement à la partie précédente, grâce à des transitions rédigées avec soin : elles permettent d’avancer dans la démonstration en passant d’une partie à une autre. On peut, par exemple, rappeler d’une phrase ce qui vient d’être montré, puis, dans la suivante, annoncer le sujet de la prochaine partie en montrant comment la conclusion de la partie précédente nous mène à la suivante.

Quel que soit le nombre de parties, elles doivent toujours être équilibrées et être à peu près de même longueur.

 

La conclusion

La conclusion est l’aboutissement logique du devoir et de son argumentation. Elle est en 2 phases : le bilan du développement et l’ouverture finale.

Le bilan du développement fait la synthèse du devoir : il reprend tous les points que l’on a cherché à démontrer dans chacune des parties. Il ne s’agit pas de répéter l’annonce du plan mais de reprendre, de façon concise, les analyses de chacune des parties, et de répondre à la problématique posée en introduction.

L’ouverture finale prolonge la réflexion. Il s’agit de proposer un nouvel éclairage possible de l’extrait étudié, en le plaçant dans un contexte plus large. Par exemple, on peut parler de la nouveauté de l’œuvre par rapport à la littérature de la même époque, des ses ressemblances ou différences avec d’autres œuvres du même auteur, d’autres auteurs ou d’autres œuvres du même genre ou de la même période. On peut aussi proposer un élargissement sur la reprise ultérieure des mêmes thèmes en littérature ou dans d’autres arts. Dans tous les cas, il est nécessaire qu’il y ait un lien réel entre le texte étudié et votre ouverture.

Si votre enfant a besoin d’aide dans sa préparation du baccalauréat, contactez Thierry au 06 80 21 07 60 ou thierry@cours-thierry.paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *