Bac de français : rédiger le commentaire composé (2/4)

Après une explication sur le travail préparatoire, nous continuons notre série sur l’épreuve anticipée de français en classe de première.

La réussite à l’épreuve du commentaire littéraire dépend avant tout de la maîtrise de certaines règles de méthodologie qu’il conviendra de suivre. Nous avons rassemblé une série de conseils que l’élève pourra exploiter au fil de l’année. Après le travail de préparation nécessaire, cet article explique comment rédiger le commentaire proprement dit. Au-delà des connaissances de l’œuvre et du contexte, l’élève respectera la méthodologie de l’introduction (identité du texte, problématique et plan), le développement (en deux parties distinctes minimum ou trois maximum) et conclusion (réponse à la problématique, récapitulatif de l’analyse et ouverture). Ces questions de méthodologie doivent être maîtrisées.

Rédiger l’introduction

L’introduction se déroule en quatre étapes successives :

1- Énoncer la carte d’identité du texte : l’auteur, le titre du livre ou du recueil, l’année de rédaction ou de parution de l’ouvrage, le courant littéraire. Cette partie sera plus ou moins étoffée selon vos connaissances.

2- Situer l’extrait dans l’ensemble du livre. Résumer brièvement l’essentiel du passage.

3- Énoncer une problématique. Autrement dit quelle question le texte soulève-t-il ? Quel est l’enjeu du texte ? Il faudra y répondre progressivement dans le corps du développement et en conclusion.

4- Énoncer le plan (ce que l’on appelle les axes de lecture) en deux ou en trois parties (soit au total dans les deux cas six sous-parties), sachant que l’on exigera de vous deux parties minimum. Si vous choisissez de ne faire que deux parties, il conviendra que la réponse à la troisième question formulée plus haut relative à la portée idéologique du texte (quel message l’auteur transmet-il à son lecteur?) figure en conclusion. En répondant à cette question, vous franchissez une étape fondamentale dans l’analyse du texte qui valorisera à tous points de vue votre production écrite (ou orale).

L’analyse

L’analyse tiendra compte du plan énoncé en deux ou trois parties, au total six sous-parties. Vous travaillerez votre texte en tenant compte d’un plan détaillé que vous écrirez au brouillon d’abord. Au moment de la rédaction, les titres de parties et sous-parties ne figureront plus. Il faudra produire un texte continu qui laissera cependant apparaître la structure d’un point de vue formel d’abord : il s’agira de commencer chacune des parties par un alinéa et passer une ligne entre l’introduction et la première partie, entre la première et la seconde partie, entre la troisième partie et la conclusion. Du point de vue du contenu, cette structure apparaît notamment par le biais des transitions.

Attention de bien respecter le processus d’analyse pour éviter la paraphrase qui est l’un des grands dangers dans ce type d’exercice. Il conviendra de répondre aux questions suivantes :

1) Quoi ?

Lorsque vous énoncez une idée, vous prendrez soin d’aller puiser dans le texte les mots ou les phrases susceptibles d’illustrer votre idée. Si vous avancez l’idée d’un cadre prestigieux, il faudra étayer cette idée par un choix de mots tirés du texte (adjectifs qualificatifs, etc).

2) Comment ?

Il faudra ensuite analyser les termes ou les phrases choisies. Par exemple, identifier une figure de style, un rythme, une tournure de phrase hyperbolique, une gradation dans le choix des termes. Autrement dit, il faut s’arrêter sur le style de l’auteur, son écriture, sa façon d’agencer les mots, ou encore sur le choix des temps (l’imparfait pour le descriptif, le passé simple pour indiquer une rupture soudaine, etc).

L’analyse des procédés s’impose:

  • étude lexicale (champs lexicaux, niveau de langue, etc)
  • étude rhétorique (figures de style, registres, etc)
  • étude grammaticale (syntaxe, temps, ponctuation, etc)
  • musicalité en poésie

3) Pourquoi ?

La troisième étape est à respecter impérativement. Elle découle des deux précédentes: il s’agit de dire l’effet produit (créer une atmosphère, accentuer un défaut, etc).

La conclusion

Au moment de conclure, il s’agira de :

1) Récapituler l’ensemble de votre analyse quitte à en reprendre les termes principaux – du plus évident au plus subtil. Il s’agit de faire le point sur ce que l’on a cherché à démontrer.

2) Répondre à la question posée en introduction – la problématique.

3) Ménager une ouverture, une perspective. Il faut replacer l’extrait étudié dans un contexte plus large (œuvre d’origine ou d’autres œuvres du même genre et de la même période) de manière à proposer un nouvel éclairage possible.

Le travail d’écriture

Sachez que l’on peut toujours étoffer son texte, alléger les tournures de phrases, employer des termes choisis. Il s’agit de travailler votre texte au mieux de sorte qu’il corresponde parfaitement aux exigences du commentaire littéraire. La lecture du texte, l’analyse que vous proposerez, la proximité que vous entretiendrez avec l’auteur seront propices à l’écriture, la vôtre !

Demain, troisième volet de notre série consacré à l’exemple du commentaire composé de La princesse de Clèves.

Vanina Gé on EmailVanina Gé on Facebook
Vanina Gé
Professeur de français aux Cours Thierry
J'interviens avec le souci constant de répondre au plus près des besoins des élèves de collège et de lycée dans un espace inédit de travail en petits groupes.

3 réflexions au sujet de « Bac de français : rédiger le commentaire composé (2/4) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *