Bac Français – Les notions clefs

La notion de  classicisme

Pour bien se préparer au bac, il convient de s’entraîner à faire le point sur un certain nombre de notions clefs parmi lesquelles la notion de classicisme. Pour s’approprier la notion, il est préférable de l’exploiter par le biais de l’étude d’une oeuvre régulièrement au programme. Dans le cas précis, il s’agit de s’interroger sur le classicisme de la pièce Dom Juan de Molière qui subvertit les règles de bienséance et de vraisemblance. L’élève trouvera dans cette analyse les éléments essentiels susceptibles de l’aider pour la rédaction d’un éventuel exposé sur la question.

Le classicisme de la comédie Dom Juan de Molière

C’est sur le modèle du théâtre antique qu’un certain nombre de règles formelles sont élaborées au XVIIème siècle, notamment dans la Pratique du théâtre (1657) de l’abbé D’Aubignac et l’Art poétique (1674) de Nicolas Boileau. Ces règles qu’on appelle règles des trois unités (de lieu, de temps et d’action), règles du respect de la vraisemblance et de la bienséance ont à la fois une visée formelle et morale. Le divertissement est perçu comme pouvant détourner dangereusement le spectateur de Dieu (les acteurs ne sont d’ailleurs pas enterrés religieusement) et l’éloigner de la vérité (le masque de l’acteur est synonyme de fausseté). Le respect des règles vise à contrer ce danger en mettant en avant un idéal moral (valoriser l’honnête homme capable de sagesse et de mesure) et un idéal esthétique symbolisé par l’harmonie (symbole aussi du règne de Louis XIV). C’est dans ce cadre qu’il convient de replacer la pièce de Dom Juan. Il s’agit de voir en quoi et jusqu’à quel point cette pièce déroge à l’idéal de classicisme.

Exemple commentaire composé Dom Juan

I- Le refus des règles

La pièce ne respecte aucune des règles énoncées. Molière bat en brèche l’unité de lieu. Le décor change d’acte en acte ; la durée de l’action dépasse les vingt-quatre heures et l’action elle-même n’est pas unique. Pour ce qui est de la vraisemblance (le spectateur doit pouvoir croire à la réalité du déroulement de la scène), il en est de même : Molière fait intervenir le merveilleux avec la statue du commandeur. On parle précisément de pièce à machines. On a également la présence du spectre à l’Acte V et la terre s’entrouvre. On parle d’une pièce baroque bien plus que classique.

La bienséance qui est une condition de la vraisemblance n’est pas respectée dans la mesure où le comportement de Dom Juan est scandaleux, contraire aux valeurs qu’il est censé défendre. Il se moque de Done Elvire, du Pauvre, de la religion. On a affaire à de véritables manquements aux règles édictées.

II- Acte V, scènes 5 et 6

Ces deux scènes du spectre et de la statue illustrent parfaitement ce manquement aux règles.

La statue de pierre parle et bouge ; Dom Juan meurt sur la scène ; l’action se déroule sur plusieurs jours puisque la statue dit : « vous m’avez hier donné parole » et par ailleurs l’action se déroule tantôt dans les appartements de Dom Juan (IV et V), tantôt dans espaces ouverts (forêts, ville, mer) propices à la conquête ou à la fuite qui correspondent à une variété d’actions.

Conclusion

De toute évidence, cette pièce n’est pas classique en vertu du non respect des règles. La critique souligne deux idées à prendre en compte : d’une part, on considère cette pièce comme étant davantage baroque pour le goût de l’illusion ou du spectaculaire, de l’ambiguïté (tragique ou comique), du mélange des registres (dramatique – dans le sens d’action – comique et tragique) et du thème de la mort ou de la damnation. D’autre part, la critique souligne l’idée selon laquelle Molière privilégie « l’esprit du classicisme » en favorisant l’unité d’intérêt plutôt que l’unité d’action : un seul personnage sur lequel se concentre l’intrigue, un seul thème (le libertinage). Par ailleurs, le dénouement est conforme aux lois du genre puisque les choses sans être joyeuses rentrent dans l’ordre. C’est la notion d’ordre qui doit primer bien plus que le sentiment d’allégresse.

Vanina Gé on EmailVanina Gé on Facebook
Vanina Gé
Professeur de français aux Cours Thierry
J'interviens avec le souci constant de répondre au plus près des besoins des élèves de collège et de lycée dans un espace inédit de travail en petits groupes.

2 réflexions au sujet de « Bac Français – Les notions clefs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *